À la fois recyclable, consignée et en open source, la Silent Runner d’Hodei est un véritable OVNI dans le monde de la sneaker. Jusqu’à devenir une obsession pour les artistes et graphistes, qui voient dans cette chaussure écolo, conçue et fabriquée en France, un terrain d’expression inédit. Rencontre du 3e type.

 

« Je voulais qu’elle puisse s’enfiler comme une sandale, pouvoir faire ce que l’on veut dedans comme en sneakers, avec la sensation d’être en chausson toute la journée. » Pour le fondateur d’Hodei, au départ il y a la passion de la chaussure. Mais il y a 5 ans, le modèle dont rêve Benjamin Camy reste encore à inventer. Car au-delà du confort et du style, ce pharmacien de formation veut aussi une chaussure écologiquement durable.

 

Les chiffres de Zero Waste France sont limpides. Avec 21kg de matières premières et jusqu’à 40 matériaux cousus ou collés ensemble, chacune de nos paires de sneakers coûte cher à l’environnement. Et finit souvent incinérée ou enfouie. La solution ? Benjamin va mettre 4 ans à la développer : une chaussure constituée d’une seule matière – de l’EVA, comme les Crocs – que l’on renvoie en fin de vie afin de récupérer la consigne de 10€ et permettre aux chaussons d’être recyclées en de nouvelles Hodei.

 

Sur sa Silent Runner, le designer accroche un “kit” (lacets, bagues, oeillet et lanière) qui se conserve jusqu’à la prochaine paire. Mieux, celui-ci est depuis peu en open source : sur le site de la marque, on peut désormais télécharger librement les fichiers 3D, patrons pour imprimer et customiser soi-même ses éléments. « Plusieurs personnes n’ont ainsi commandé que les chaussons seuls, afin d’assembler leurs propres chaussures. »

 

Un projet en amélioration continue

 

Une personnalisation à l’infini ou presque qui inspire un bon nombre d’artistes, musiciens ou graphistes. À l’image d’Alexandre Bavard, plasticien issu de l’école Boulle et des Beaux Arts de Lyon, aussi connu comme graffeur sous le nom de Mosa87. « J’aime beaucoup ce qu’il fait depuis longtemps, retrace Benjamin Camy. Il a répondu à mon invitation en me demandant si je voulais quelque chose de portable ou non. Je lui ai dit de se lâcher. »

@hodei_club
@hodei_club

Résultat : quatre chaussures d’un autre monde, entre glitch, tissages et upcycling, que l’on aurait adoré pouvoir porter. « La sneaker Hodei est comme une feuille blanche, un support de création libre en adéquation avec mes travaux de sculptures : entre upcycling et art contemporain » commente Mosa87. Mission réussie pour Benjamin Camy. « C’est passionnant de laisser chacun s’approprier la chaussure. »

 

Depuis, les projets de collabs s’enchaînent. Le magazine Trax lance sa paire en juin, avec lanières caoutchouc issues de chutes de sols provenant de l’évenementiel, puis sérigraphiées. Et une release party qui s’annonce mémorable. À suivre, une micro-série franco-suisse avec l’artiste Thomas Koenig pour l’agence North Communication, une autre avec le studio Frenchfourch… « Il y a beaucoup d’autres projets dans les cartons, c’est assez frustrant. Mais c’est aussi très gratifiant de voir que les gens veulent apporter leur pierre à l’édifice.»

@hodei_club

Pour le designer de la Silent Runner, Hodei se construit comme « un projet en amélioration continue », à la fois sur l’aspect écologique que créatif et artistique. « La science, d’où je viens, s’inspire beaucoup des arts. Et je me rends compte que l’écologie et la science inspirent aussi beaucoup les artistes. » De quoi inventer des solutions pour ce fameux « monde de demain » ?  « On est arrivé à un moment où il faut tout repenser, acquiesce Benjamin Camy. L’art et la créativité vont avoir un rôle important à jouer dans la manière de repenser les choses, d’expérimenter et d’avoir regard neuf. »

D’ici là, Hodei poursuit ses recherches nouveaux modèles, nouveaux designs… Des tests de production ont aussi été réalisés avec les déchets plastiques d’un hôpital parisien pour les éléments en plastiques durs. Et cet été verra le lancement d’un modèle « intermédiaire » plus accessible. Aujourd’hui approché par des enseignes comme Décathlon, Hodei pourrait bien avoir conçu la sneaker collaborative et durable que l’on attendait.

QUI POURRAIT TE PLAIRE

Mode

3 marques coup de coeur de la Rédac’

En mai, fais ce qu’il te plaît !

10/05/2024

Dalla Menanteau Ba

En mai, fais ce qu’il te plaît !

Dalla Menanteau Ba